Milton Erickson ou la vie d’un médecin hors du commun

Le Dr Milton Erickson est, sans conteste, celui qui a redonné à l’hypnose ses lettres de noblesse.

En effet, avant lui, l’image de l’hypnose avait été écornée par des personnalités médicales qui en avaient fait une pratique vivement controversée. Anton Mesmer, médecin psychiatre allemand, en faisait des démonstrations mystiques, la rapprochant des thèses sur le magnétisme. Il pratiquait des séances où il cherchait à créer des guérisons par des moyens très spectaculaires, retirant peu à peu toute crédibilité à l’hypnose.

Plus tard, le Dr Charcot utilisera l’hypnose en l’instituant de façon à la rapprocher de crises d’hystérie. Nous sommes à la fin du 19ème siècle lorsque Freud travaillera avec lui et s’y intéressera, mais en l’utilisant par des suggestions directes. Il arrêtera cette pratique qu’il juge autoritaire et 30 ans plus tard, un jeune américain, médecin psychiatre, du nom de Milton H. Erickson va révolutionner cette pratique en redorant son blason par des travaux minutieux, nombreux et considérés comme références dans le domaine.

Qui est Milton Erickson ?

Né en 1901 dans le Nevada, Milton Erickson est un enfant fragile, atteint de nombreuses pathologies et handicaps. Il est daltonien, amusique et à 17 ans, il contracte une poliomyélite. Longuement hospitalisé, il va développer durant ce temps-là sa capacité à l’auto-hypnose. Ses travaux commencent, d’abord avec un sens aigu de l’observation, d’une sensibilité poussée aux différents ressentis du corps, l’observation du langage non-verbal.

Le jeune Milton est convaincu que chacun possède en lui les capacités de se soigner, de guérir, de faire appel à des ressources inconscientes.

Il commencera dans le début des années 1920 à élaborer ses premières thèses durant son doctorat.

C’est en 1930 qu’il va publier ses premiers articles et faire référence.Il est alors accompagné par son épouse Elisabeth, elle-même psychologue, qui a élaboré une des théories toujours utilisée d’auto-hypnose «en spirale des sens ».

C’est après -guerre, dans les années 1950 qu’il ouvre un cabinet privée de consultations. Il reçoit les gens dans une pièce très modeste et va enregistrer certaines séances qui, aujourd’hui encore, peuvent être visionnées et font références dans le monde de l’Hypnose.

De santé fragile, il utilise ses propres expériences pour faire avancer ses études et recherches, usant de stratégies thérapeutiques extrêmement fines et de ce que l’on appelle des prescriptions avec ses patients (c’est-à-dire qu’en fin de séance, il donne un « travail » ou des instructions à son patient, à suivre scrupuleusement pour la réussite de la thérapie).

Milton Erickson mourra suite à un choc septique en mars 1980, avant la tenue d’une grande conférence sur l’hypnose durant laquelle ses travaux auraient dû être exposés et analysés. Mais avant sa mort, il a rencontré et formé des gens de renoms prestigieux, comme Grindler et Bandler, les concepteurs de la PNL, Dilts, Huxley, etc…

De Milton Erickson, vous ne trouverez pas de livre, il n’en a pas écrit mais il nous a laissés des centaines d’articles, retraçant toutes les séances et expériences qu’il a eu avec ses patients, parfois venus de très loin, pour le rencontrer. C’est son élève et ami, Ernest Rossi, qui les compilera pour en faire des œuvres en 4 tomes, tant les articles sont nombreux.

L’héritage de Milton Erickson

Pas besoin de livres de lui pour avoir laissé sa marque. Quoi de plus élogieux qu’une pratique thérapeutique déjà connue mais qui gagne une approche et un courant portant le nom de son concepteur ?

Milton Erickson nous a laissés l’hypnose ericksonienne en héritage, avec toutes les possibilités incroyables que cela peut comporter. Il pensait que l’Homme possède toutes les ressources dont il a besoin, et que la permissivité et la suggestion sont les clés pour leur permettre de s’exprimer.

Mais l’hypnose ericksonienne, c’est quoi ?

L’hypnose ericksonienne est un courant qui se voulait nouveau au milieu du 20eme siècle et permissif. Le maître mot est la suggestion. Les mots clés sont flexibilité et adaptation.

Erickson pensait que tout le monde est hypnotisable. Que certaines personnes peuvent avoir quelques résistances, mais qu’un thérapeute doit pouvoir les dépasser, en douceur. Juste en s’adaptant en permanence aux besoins et aux ressentis du patient. Et c’est la magie du lien qui se crée qui va permettre à la personne de rentrer en transe hypnotique en toute confiance, uniquement accompagné par la voix.

L’hypnose ericksonienne permet une immense créativité de la part du thérapeute et de ce fait, ouvre au patient des visualisations intérieures immenses. Les métaphores sont un des points clés de cette hypnose. Parler en images au patient pour aller au plus près de l’inconscient de celui-ci et ouvrir la voie du changement.

Et l’inconscient, c’est quoi ?

L’idée de l’inconscient ne date pas d’hier ! Démocrite, philosophe grec, en parlait déjà. Il s’agit de l’idée que nous ne sommes pas maîtres de ce que nous faisons ni n’avons conscience de toutes nos sensations.

En résumé, je dirais ceci : le conscient fait, mais l’inconscient nous fait faire.

L’inconscient, c’est la base de données : il contient tous nos comportements induits par l’éducation, par les réflexes suite à un événement, par exemple, traumatique. Il gère notre langage, nos mots. Lorsque vous parlez d’une chose qui vous affecte, n’avez vous jamais remarqué que vous cherchiez vos mots sans les trouver (« comment dirais-je ? .. Le mot ne me vient pas ! »). C’est une partie du cortex cérébral appelée Aire de Broca, qui produit les mots, qui est alors inhibée, à l’évocation d’un souvenir douloureux ou traumatique.

L’inconscient, votre inconscient, est votre machine interne : bien sûr vous savez que vous devez respirer pour vivre, mais y pensez vous dans la journée ? Non, c’est votre inconscient qui guide « la machine », votre corps. Par contre, rien que le fait d’avoir parlé de respiration, je suis sûre que vous avez eu une grande inspiration ou accéléré votre rythme respiratoire. C’est cela la magie : rien que le fait d’en parler on prend CONSCIENCE , ce n’est plus INCONSCIENT.

L’hypnose va prendre ce chemin là, de l’inconscient au conscient pur aider à mettre en marche un changement, un encodage différent en quelque sorte.

Que peut-on traiter avec l’hypnose ericksonienne?

Le champ des actions possibles en hypnose ericksonienne est vaste. Il est possible de traiter des douleurs, de se libérer d’une addiction, d’une phobie, de se remettre suite à une dépression ou un deuil, une séparation. Il est possible d’aider une personne ayant subi un traumatisme. L’hypnose peut aussi aider à reprendre confiance en soi, aider à se libérer du stress, de l’anxiété. Tellement de possibilités pour aider une personne à acquérir un nouvel équilibre, un mieux-être.

Milton Erickson a été précurseur de techniques de suggestions, par un langage, par une tournure de phrases qui va aller directement vers votre inconscient et instaurer un changement en douceur, mais en profondeur.

L’hypnose qu’il a élaboré est, à ce jour, étudiée dans les facultés de médecine et utilisée dans les hôpitaux pour traiter douleur ou éviter des anesthésies, par exemple.

Milton Erickson est et restera une référence dans le domaine de l’hypnose et de la psychothérapie.

Peut-être souhaitez-vous expérimenter l’hypnose ? N’hésitez pas à me contacter et à prendre un rdv en ligne. Je serai ravie de vous rencontrer et vous aider.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :